Edu. parentale, Le Mag'

Mon enfant fait des cauchemars… que faire ?

Chaque nuit, vous êtes réveillé par les hurlements de terreur de votre enfant. À coup de pleurs, de cris et de gémissements, il vous tire de votre propre sommeil. Malgré votre fatigue, il vous faut rester calme pour faire face au cauchemar. Normaux et salutaires pour la santé de votre enfant, ceux-ci sont néanmoins déplaisants pour vous.

Les cauchemars sont-ils normaux ?

Bien qu’ils soient perturbateurs pour votre propre sommeil, les cauchemars de votre enfant sont tout à fait normaux. Entre 1 et 8 ans, ils surviennent régulièrement durant le sommeil paradoxal. Incapable de distinguer la frontière entre rêve et réalité, les enfants, surtout ceux en dessous de 4 à 5 ans, réclament alors la présence d’un parent pour les apaiser.

Si cette période peut être particulièrement éprouvante pour les parents, elle permet néanmoins à l’enfant de structurer ses émotions. Les cauchemars sont donc indispensables au bon développement cognitif des plus jeunes.

Mais au fait… pourquoi mon enfant fait-il des cauchemars ?

Le cauchemar est en réalité le pendant anxiogène du rêve. Il permet à l’enfant de se confronter aux émotions qu’il a ressenties pendant la journée.

Les cauchemars chez l’enfant

Si les cauchemars se manifestent généralement durant la petite enfance, c’est parce que c’est à ce moment que les plus jeunes sont confrontés aux premiers interdits, aux premières règles de la société et aux premières manifestations d’autorité des adultes. Les cauchemars leur permettent donc d’exprimer, à leur manière, leur combat intérieur entre leur volonté et leur possibilité.

Cet apprentissage est indispensable pour que votre enfant arrive à intégrer et à accepter de ne pas être ni surpuissant, ni le centre du monde.

On peut donc dire que le cauchemar est une véritable soupape pour permettre aux enfants de libérer leur frustration face au monde qui ne tourne pas spécifiquement autour d’eux.

Comment aider mon enfant à faire face à ses cauchemars ?

La manière de rassurer un enfant lorsqu’il fait des rêves angoissants dépend bien évidemment de son âge. C’est celui-ci qui va déterminer sa faculté à pouvoir comprendre ou non la différence entre rêve et réalité.

Avant 3 ans, il est inutile d’essayer d’expliquer à votre enfant le non-sens de sa peur. Il ne distingue pas la différence entre rêve et réalité et par conséquent ses peurs sont pour lui réelles. À ce stade, seule votre présence peut rassurer votre enfant. Cependant, dans votre volonté de bien faire, il ne faut pas accepter la présence de votre enfant dans votre lit. Accepter qu’il se couche à côté de vous est une très mauvaise habitude qu’il sera plus tard très difficile de rectifier.

Après 4 ans, votre enfant est tout à fait capable de distinguer le rêve de la réalité. Vous pouvez donc tout à fait commencer à lui expliquer que l’objet de sa peur n’existe jamais que dans son imagination. Si besoin est, vous pouvez faire le tour de la maison avec lui pour lui montrer que les portes et les fenêtres sont bien fermées et éventuellement regarder sous son lit ou dans sa garde-robe si rien d’effrayant ne s’y cache. Si ces mesures ne sont pas suffisantes, il est également possible de mettre une petite veilleuse pour rassurer votre enfant.

Les cauchemars sont un passage obligé dans le développement cognitif et psychologique de votre enfant. Aussi, prenez patience et offrez-lui le réconfort dont il a besoin pour pouvoir continuer paisiblement sa nuit. Les mauvais rêves passeront d’eux-mêmes.

Lire la suite du dossier “Pipi au lit, comment doit-on réagir ?”

Méthode pour éduquer son enfant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *